Déconnexion. Reconnexion. Et ainsi de suite…
15133
post-template-default,single,single-post,postid-15133,single-format-standard,bridge-core-2.1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-19.9,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive

Déconnexion. Reconnexion. Et ainsi de suite…

Déconnexion. Reconnexion. Et ainsi de suite…

Coucher quelques mots pour avancer vers moi-même… Ou plutôt revenir vers moi-même.
Né en 1982, j’ai vu apparaître l’ordinateur, le téléphone portable, le smart-phone et les réseaux sociaux. Autant de chocs dans nos vies qui changent profondément notre rapport au monde. J’appartiens à une génération dite « connectée ». Pourtant, notre monde a-t-il si profondément changé? Oui le temps s’est déformé, l’espace également, grâce aux actions conjuguées des télécommunications et des transports. Mais nos besoins profonds, notre être, notre humanité, notre besoin de poésie a-t-il changé?
Je suis communicant. Depuis près de 15 ans, mon travail consiste à évoluer entre la sphère réelle et la sphère du web. Deux mondes connectés. Je fais partie de cette partie de la population dont la première action journalière réside dans une tournée générale des grands ducs numériques : mails, facebook, instagram, twitter. Il n’est pas rare que je m’égare parfois durant une longue demi-heure de « surf » sans dopamine. Sans dopamine mais pas sans effet.
Je n’aspire pas à devenir un homme connecté. Je veux rester indivisible.
Le danger professionnel qui est le mien réside dans le fait que pour les besoins de mes clients, et donc les miens par rebonds, je suis connecté aux réseaux sociaux très régulièrement, et sur des multiples sujets. Comment gérer ce volume d’informations? Comment rester créatif ? Comment continuer à développer son esprit critique dans tout ce flux? Comment décrocher? Comment me reconnectez avec moi-même et ceux qui m’entourent? Autant de questions auxquelles je ne répondrai pas aujourd’hui. Mais en les couchant à l’écrit, j’espère continuer ma réflexion sur le sujet.
Ma créativité est à ce prix.
J’ai envie de dérapages, de sorties de routes, d’erreurs, de surprises, d’imperfections.
Ce sont ces éléments qui amènent le rire dans nos vies, et j’ai envie de rire. Très fort. Longtemps. Rire des selfies, rire de moi-même.